Au revoir…. Marceline Loridan-Ivens

Marceline Loridan-Ivens est décédée ce 18 septembre 2018. Je vous propose de découvrir l’un de ses ouvrages que j’ai vraiment aimé, sorti en 2015.

Auteure, cinéaste, actrice et scénariste, elle était une amie de Simone Veil, une fabuleuse amitié née, en déportation. Elles ont choisi des voies différentes pour exprimer et offrir à ce monde leur expérience de vie et ainsi faire bouger les lignes.

Je n’ai pas de mot assez fort pour exprimer mon ressenti envers ces Grandes Dames, simplement peut-être exprimer ma gratitude pour ce qu’elles ont su nous offrir et nous montrer, le reste est dans mon coeur…. lorsque je pense à Elles, mon corps vibre, frémit, frissonne.   Namasté  Mesdames 

Je n’en dirais pas plus, de nombreux journaux sont à lire sur son sujet, vous pouvez également écouter ou réécouter les entretiens sur France Inter où elle parle de la déportation.                                                                                                                           Marceline Loridan-Ivens, France Inter

François Busnel, de La Grande Librairie sur France 5 a offert hier soir un hommage en rediffusant  sa dernière interview où elle est si pétillante que je n’ai pu m’empêcher de me poser et d’écouter cette Grande Femme.                                                                        Marceline Loridan-Iven – La Grande Librairie, France 5

IMG_1998

Extrait
J’ai été quelqu’un de gai, tu sais, malgré ce qui nous est arrivé. Gaie à notre façon, pour se venger d’être triste et rire quand même. Les gens aimaient ça de moi. Mais je change. Ce n’est pas de l’amertume, je ne suis pas amère. C’est comme si je n’étais déjà plus là. J’écoute la radio, les informations, je sais ce qui se passe et j’en ai peur souvent. Je n’y ai plus ma place. C’est peut-être l’acceptation de la disparition ou un problème de désir. Je ralentis.
Alors je pense à toi. Je revois ce mot que tu m’as fait passer là-bas, un bout de papier pas net, déchiré sur un côté, plutôt rectangulaire. Je vois ton écriture penchée du côté droit, et quatre ou cinq phrases que je ne me rappelle pas. Je suis sûre d’une ligne, la première, «Ma chère petite fille», de la dernière aussi, ta signature, «Shloïme». Entre les deux, je ne sais plus. Je cherche et je ne me rappelle pas. Je cherche mais c’est comme un trou et je ne veux pas tomber. Alors je me replie sur d’autres questions : d’où te venaient ce papier et ce crayon ? Qu’avais-tu promis à l’homme qui avait porté ton message ? Ça peut paraître sans importance aujourd’hui, mais cette feuille pliée en quatre, ton écriture, les pas de l’homme de toi à moi, prouvaient alors que nous existions encore. Pourquoi est-ce que je ne m’en souviens pas ? Il m’en reste Shloïme et sa chère petite fille. Ils ont été déportés ensemble. Toi à Auschwitz, moi à Birkenau.
L’Histoire, désormais, les relie d’un simple tiret. Auschwitz-Birkenau. Certains disent simplement Auschwitz, plus grand camp d’extermination du Troisième Reich. Le temps efface ce qui nous séparait, il déforme tout. Auschwitz était adossé à une petite ville, Birkenau était dans la campagne. Il fallait sortir par la grande porte avec son commando de travail, pour apercevoir l’autre camp. Les hommes d’Auschwitz regardaient vers nous en se disant c’est là qu’ont disparu nos femmes, nos soeurs, nos filles, là que nous finirons dans les chambres à gaz. Et moi je regardais vers toi en me demandant, est-ce le camp ou est-ce la ville ? Est-il parti au gaz ? Est-il encore vivant ? Il y avait entre nous des champs, des blocs, des miradors, des barbelés, des crématoires, et par-dessus tout, l’insoutenable incertitude de ce que devenait l’autre. C’était comme des milliers de kilomètres. A peine trois, disent les livres.
Ils n’étaient pas nombreux les détenus qui pouvaient circuler de l’un à l’autre. Lui c’était l’électricien, il changeait les rares ampoules de nos blocs obscurs. Il est apparu un soir. Peut-être était-ce un dimanche après-midi. En tout cas, j’étais là quand il est passé, j’ai entendu mon nom, Rozenberg ! Il est entré, il a demandé Marceline. C’est moi, je lui ai répondu. Il m’a tendu le papier, en disant, «C’est un mot de ton père».

Broché: 112 pages
Editeur : Grasset (4 février 2015)
Collection : Littérature Française
Langue : Français
ISBN-10: 2246853915
ISBN-13: 978-2246853916
Dimensions du produit: 12 x 1 x 18,8 cm

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s